Les parlementaires s’inquiètent des répercussions de la crise financière sur la gestion des déchets

Les 4èmes Rencontres parlementaires  sur les déchets ont mis en évidence le fait que la politique nationale des déchets, notamment en matière de recyclage, est mise à mal par la crise.

Le secteur des déchets est un des plus touchés, avec le blocage des filières de recyclage. La chute des cours des métaux, matière première secondaire, limite les débouchés pour les entreprises de recyclage, ce qui provoque une augmentation des stocks de déchets non transformés. En même temps, la directive-cadre sur les déchets actuellement applicable, promeut le recyclage en tant que mode privilégié de gestion de déchets, juste après la prévention.  

Dans ce contexte difficile, une prise de mesures s’impose, telle la gestion des matières premières secondaires et le développement de l’écologie industrielle ou économie circulaire. La fiscalité verte devrait également être utilisée de manière adaptée. La TGAP sur l’incinération par exemple  se répercute sur le prix de la tonne de déchets traités, ce qui pourrait ralentir encore plus le processus de recyclage.

Il n’en reste pas moins que, pour Guy Geoffroy, député de Seine-et-Marne et président des Eco-maires, la crise va obliger les collectivités à réfléchir davantage à la complémentarité des modes de traitement et pourrait agir en tant que levier à la mise en œuvre adaptée des réglementations.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.