Europe et climat: qui payera pour Copenhague ?

“Aucun pays ne veut payer pour Copenhague”, a déclaré Mikolaj Dowgielewicz, le ministre polonais chargé des affaires européennes, lors du sommet des Vingt-Sept à Bruxelles, “vous connaissez un Chinois qui veut payer pour Copenhague ? Il n’y a que l’Union qui veut payer”. Pourtant la Commission a estimé à 100 milliards d’euros par an entre 2013 et 2020 l’aide mondiale à apporter aux pays en développement, pour la lutte contre le changement climatique.

Alors que l’Union européenne assure depuis des mois sa participation financière à ce sujet, ce dernier conseil n’a aboutit vendredi 30 octobre à aucun plan financier chiffré, laissant par ailleurs en suspend la question de la répartition des contributions entre les pays membres.

Réunis juste avant le sommet des Vingt-Sept, à l’initiative de la Pologne et de la Roumanie, neuf pays d’Europe de l’Est ont refusé dès l’ouverture du conseil de s’engager à payer pour les pays en développement. La Pologne, la Roumanie, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie, la Bulgarie, la Lettonie et la Lituanie s’inquiètent en effet pour leurs budgets nationaux, déjà déséquilibrés par la crise.

Face à cette position , l’Allemagne, l’Italie et la France se sont opposées à tout chiffrage de l’aide européenne, craignant une répartition disproportionnée entre les états membres.

C’est pourtant avec cette aide financière que l’Union compte obtenir le soutien des pays en développement quant à l’application de mesures limitant les émissions de gaz à effet de serre d’ici à Copenhague. Ils espèrent ainsi faire pression sur la Chine et les États-Unis pour qu’ils acceptent des objectifs chiffrés de réduction des émissions.

Mais au final, si les Vingt-Sept ont bien conclu vendredi dernier sur la mise en place de cette aide,  aucun chiffrage au niveau européen n’a été retenu. Cet accord permettra-t-il à l’Europe de rester à la pointe des négociations pour Copenhague ?

Pour plus d’informations, cliquez ici et ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.